« Les perturbateurs endocriniens, c’est quoi ? » Episode 1 : les produits de salle de bain

C’est un sujet qui intrigue et intéresse beaucoup de personnes autour de moi. Je fais particulièrement attention aux cosmétiques que j’utilise (c’est d’ailleurs pour ça que je travaille chez Jolimoi – car ils proposent une grande gamme de produits SANS perturbateurs endocriniens). Quand je suis tombée enceinte, j’ai alors décidé de lire le livre « Perturbateurs endocriniens. Un bombe à retardement pour nos enfants » de Isabelle Doumenc. C’est un bouquin qui apporte tellement d’informations. Je vous sélectionne dans cet article certains éléments importants concernant les produits de salle de bain.

 

 

  • Qu’est ce qu’une hormone ?

Une hormone est sécrétée par une glande endocrinienne (thyroïde, ovaire, testicule, surrénale, pancréas). Elle rejoint la circulation sanguine pour pouvoir libérer un message dans une cellule.

Ce message va modifier le fonctionnement de la cellule pour déclencher certaines réactions. Mais pour qu’une hormone puisse entrer dans une cellule, elle a besoin qu’on lui autorise l’accès.  C’est comme dans un bar super VIP, un videur est là pour faire entrer uniquement les personnes de plus de 25 ans, hyper bien fringuées!

Pour la cellule c’est pareil, c’est un récepteur spécifique qui fait entrer uniquement l’hormone qui est en lien avec la cellule et, ce récepteur refusera toutes les autres hormones.

 

  • Que fait un perturbateur endocrinien?

Ce sont des petits filous : ils vont réussir à tromper le récepteur (le videur) de la cellule et se faire passer pour une vraie hormone pour pouvoir accéder à la cellule. C’est comme si, une fille de 19 ans, se maquille et mets des talons pour paraitre plus âgée et pour pouvoir rentrer dans ce fameux bar super VIP.

 

  • Elle est bien sympa ton histoire, mais vu que la « fausse » hormone ne peut pas se maquiller et mettre des talons, comment elle fait ?

Elles imitent l’hormone naturelle et se fixe aux récepteurs de la même façon pour que la cellule puisse la laisser passer. Elles vont aussi bloquer certains récepteurs, ce qui empêchent l’hormone naturelle de s’y fixer et de communiquer leur message aux cellules. Elles interfèrent aussi avec le travail de certaines protéines chargées de réguler le taux d’hormone dans le sang.

« Toutes ces mauvaises informations vont alors avoir un impact sur la programmation d’organes ou de fonctions du corps. »

 

  • Quels sont les moments de notre vie où nous sommes les plus vulnérables ?

La conception, la vie intra-utérine et la puberté !

A noter : ce qui rend les perturbateurs les plus dangereux c’est « l’effet cocktail ». Comme le précise William Bourguet (Centre de Biochimie structurale/Inserm) : « au lieu d’observer 1+1=2, avec les perturbateurs endocriniens nous observons : 1+1=50 ».

 

  • Et sinon, qui sont-ils exactement ?

Parabens : ils miment les œstrogènes et interfèrent avec les hormones reproductives mâles en diminuant la fertilité masculine. Ils peuvent être remplacés par le propylparaben et le butylparaben, et par le phenoxyethanol qui lui pourrait avoir des conséquences neurotoxiques et hépatotoxiques.

BHA (butylhydroxyanisole) : stimule les œstrogènes et limite l’expression de la testostérone.

Triclosan : il a un effet sur la thyroïde.

Benzophène-1 et Benzophène-3 : interfèrent avec les œstrogènes.

Ethylhéxyl méthoxycinnamate : agit sur la thyroïde.

Phtalate : a une incidence sur la reproduction et la fertilité. Il peut provoquer des problèmes au développement des fœtus mâles. Il est aussi en cause dans l’obésité et la résistance à l’insuline. Des études ont également montrés le lien avec les fausses couches et la baisse du quotient intellectuel.

Alkylphénols : il peuvent provoquer des problèmes au niveau de la fertilité masculine.

 

  • Mais notre corps est une machine extraordinaire :

Notre organisme a un grand rôle de détoxification. Si nous ne sommes plus en contact avec ces molécules, alors au bout de 3 jours, notre corps commence à éliminer certaines d’entre elles (d’après une étude Californienne).

 

Ces produits ne sont pas les seuls concernés. Nous trouvons des perturbateurs endocriniens dans notre alimentation et dans notre environnement. A suivre dans les prochains épisodes !

 


 

En ce qui me concerne, j’essaie d’utiliser un maximum de marques qui proposent des produits naturels et bio. Cependant, si certains produits sont composés d’un perturbateur endocrinien, ce n’est pas pour autant que je ne l’utilise pas du tout. Si c’est le seul présent dans toute ma routine beauté, je ne trouve que le risque est tout de même très minime.

 

Que pensez-vous de tout cela ? Est-ce quelque chose dont vous faites attention? Que mettez-vous en œuvre pour les éviter ?